Se lancer dans l’aventure de la diversification alimentaire

Comme les pommes de terre, les carottes sont des racines. Jusque là je le savais ! Mais dans la vie de tous les jours, je dois avouer je n’y pense pas tout le temps… :p

La pression monte

Bébé arrive et je suis tellement heureuse que je veux bien faire. J’ai fini d’allaiter et j’ai l’impression de ne plus en faire autant pour mon bébé. Autour de moi les questions se pressent : « Tu ne lui donnes pas des légumes? », « Encore un biberon? »… Je lis tous les livres que je possède sur le sujet. Certains ne sont pas du tout pour les petits pots : trop de légumes en même temps, trop de sel… alors je regarde les petits pots de plus près et je ne suis pas convaincue.

Le saut

Je prends mon courage, j’achète un babycook, des recettes, plein de légumes en même temps que mes courses. Et je me lance : je vais des petits pots moi même en respectant l’ordre d’introduction des légumes. La carotte, les courgettes. Je mouline avec l’eau de cuisson et voilà le tour est joué. Bébé goûte et adore…

Une victoire, pas si vite…

Au bout de quelques jours, je poursuis mes lectures sur le net pour connaître le mode de cuisson pour un autre légume. Là je lis qu' »il n’est pas bon de cuisiner des carottes ou des pommes de terre du supermarché pour les bébés!« … Pardon? Comment ça?

-« ‘Ces racines se chargent de l’eau des sols et dans les supermarchés les légumes non bio sont bourrés de pesticides et de nitrates. »

Ah, vu comme ça… Ca sonne vrai. Je n’y avais pas pensé du tout! Je me rends compte que j’avais cuisiné à l’eau du robinet (chargée elle aussi de nitrate…). En effet, les dernières fois, j’avais évité de le faire pour ne pas « trop en faire » comme on nous reproche souvent…

La déception et la goutte d’eau

Voilà, j’ai tout fait de travers. J’ai le coeur serré, ai-je fait du mal en voulant absolument bien faire? Je regarde mon bébé qui n’a pas l’air de s’en faire.

Nous allons voir le médecin pour le suivi et il nous confirme qu’il faut absolument éviter les carottes et les pommes de terre du supermarché. Aie ! Le medecin nous rassure cependant sur les petits pots. On peut faire confiance aux petits pots, il existe une reglementation stricte. Je suis perdue, mais je ne désespère pas de bien faire surtout quand je vois mon beau bébé en pleine santé! Je décide fermement de passer aux petits pots de toute façon: il n’est pas difficile, c’est déjà ça! Je me réconfortante en me disant : « Je n’achèterai que ceux dont tous les aliments me plaisent, je ferai attention quand même. »

Go pour les petits pots…?

Je suis tellement retournée par ces événements et cette frustation que j’en discute avec mon Chef. Il me laisse expliquer mon désarroi et surtout mon choix de passer aux petits pots car ils sont produits avec beaucoup de respect… Ensuite il me pose la question simplement : – « Si les petits pots de bébé du supermarché étaient si bien faits, n’auraient-ils pas le label bio? surtout s’ils ne comporteraient pas du tout de nitrates ou de pesticides? » Alors là encore une fois c’est le drame. Il me conseille d’acheter bio et de faire des petits pots moi même. Pas facile de s’y retrouver…

Go pour les légumes bio cuisinés moi même!

Je ne me laisse pas démonter, je me suis bien entrainée : les légumes ça commence à me connaître. Je vais à biocoop, j’achète des légumes et je les cuisine. La révélation : les légumes sont super bons! Moi aussi, j’en veux! Nous découvrons avec lui des légumes. Et nous avons appris à regarder les légumes autrement.

Une victoire complète?

Je m’efforce de faire de mon mieux mais je ne maitrise pas tous les goûts, j’hésite mais je me débrouille quand même. Mon bébé aime tout ce que je fais. Mais la nounou m’a bien fait comprendre qu’elle aimait bien donner des petits pots classiques. Je la comprends dans un sens, la qualité du produit est quand même plus constant. Les petits pots ont toujours le même goût, elle a moins de risque de se retrouver devant un bébé affamé! Alors pour aider tout le monde, je décide de donner des petits pots bio le midi et le soir ou les jours où j’ai mon bébé je lui fait mes petits plats (pots).

C’est gagné!!!!

Je me lance aussi dans les compotes, je change des goûts, j’introduis des nouveaux goûts et c’est moi qui prend la responsabilité de les lui faire découvrir donc d’assumer les refus au cas ou… Pour l’instant c’est plutôt réussi on dira que j’ai un bébé super gentil!🙂 Le plus : comme je ne peux pas mouliner les légumes aussi bien que les producteurs de petits pots, cela l’habitue à la fois aux gouts de mes légumes et à des morceaux un peu plus épais. Ainsi tout le monde y trouve son compte!!!