Eviter la pression, n’importe où, n’importe quand…

J’allaitais depuis trois bons mois. Tout se passait bien et nous devions aller en famille à un repas. Un peu de route, je m’installe à l’arrière de la voiture pour dormir un peu. Comme il y avait la nacelle de mon bébé, je m’y appuie pour dormir. Mais à peine une demi heure après, j’avais très mal au sein qui était en contact avec la nacelle.

Lors de la monté de lait (ce qui arrive à peu près tout le temps quand le bébé ne tete pas), il faut éviter toute pression sur le sein. Je le savais mais je ne pensais pas que ça l’était à ce point… Trop tard! Que faire?

Poursuivre l’allaitement en ciblant la zone engorgée

Je me suis souvenue des conseils d’une amie qui me disait d’allaiter du côté endolori pour réduire au maximum l’engorgement. Et de mettre le bas de la lèvre du nourrisson (si possible) du côté le plus rouge du sein. C’est ce que j’ai fait.

Le lendemain, le sein était déjà beaucoup plus souple et je n’avais plus autant mal. Par précaution, je suis allée voir le médecin. Il m’a simplement donné une crème Osmogel mais je l’ai à peine utilisée.

Voir le médecin quand même…

J’ai quand même passé toute la soirée (qui était celle de Noël dans ma belle famille bien sûr :)) avec de la fièvre et une atroce douleur… Cette nuit là fut un peu difficile mais j’ai volontairement laissé mon cher mari et ma famille pour me reposer au maximum les nuits suivantes. En quelques jours (deux ou trois) tout est revenu de nouveau à la normale. Ouf! Voilà ce que c’est que de vouloir se reposer en voiture :)!

Autres astuces de maman : le choux!

Si l’allaitement intensif ne suffit pas à remettre le sein sur « pieds », mon amie m’avait également conseillé d’envelopper le sein pendant la nuit avec une feuille de choux vert écrasée au rouleau de cuisine. Je n’ai pas eu besoin de ce remède malheureusement (ou heureusement), je ne peux donc pas en parler d’expérience… Je ne doute pas qu’il fonctionne puisque je l’ai vu à maintes reprises sur forums et astuces pour allaitement.