Du lait aux repas des grands, un long chemin?

Pas à pas, voici en résumé le petit chemin que nous avons suivi : comment le menu de mon bébé s’est diversifié, pour ressembler de plus en plus au notre. Le notre d’ailleurs manque un peu de légumes alors nous essayons à notre tour de le diversifier ou plutôt de l’équilibrer🙂.

  • Premier pas : mise en bouche d’un légume le midi

Alors qu’il s’alimentait principalement de lait, nous avons fait le premier pas comme une découverte, comme jouer avec un nouveau jeu, toucher une nouvelle texture, entendre un nouveau son, découvrir un nouveau goût!

Pour ses dégustations, j’ai choisi de le faire le midi un légume à la fois. Une saveur à la fois. A chaque fois, je lui ai présenté le légume et je lui en ai parlé en même temps. Pas de stress, il n’aime pas, il ne mange pas… On a le temps. Ca a d’ailleurs été plus vite que prévu, il a trouvé cela super bon et à rapidement voulu prendre la cuillère.
J’ai l’impression d’avoir eu de la chance, mon bébé a eu l’air de manquer d’intérêt pour le lait au même moment. C’était le bon!

J’ai choisi de lui faire goûter les légumes d’abord, il aura le temps de trouver le sucré des fruits délicieux plus tard🙂.

  • Deuxième pas : un vrai repas de légumes le midi

Les premières cuillères de légumes étaient difficiles à avaler. Le mouvement de la langue n’est pas évident au départ. Alors je lui ai laissé le temps de gérer. Ils sont très persévérant à cet âge🙂.

Je ne donnais pas beaucoup de légumes au départ (un à deux cubes de légumes). Puis les quantités sont devenues plus importantes mais je complétais le repas avec un petit biberon. Il faut bien un bon dessert🙂. J’ai ressenti que le repas l’excitait beaucoup, le challenge surement de manger d’une nouvelle façon. Alors qu’après le lait, il était soudainement plus calme.

J’ai aussi introduit plusieurs légumes en même temps séparément et mélangés.

  • Troisème pas : changer le dessert, du lait au yaourt

Bien habitué aux légumes, je suis passé au petit suisse, yaourt ou fromage frais à la place du lait. Si vraiment il avait encore faim, je lui en donnais un fond de biberon, mais c’était très rare.

  • Quatrième pas : le 4 heures!!!

A 16h, un quatre heure!!! J’ai réduit sa portion de lait prise à 16 h pour lui faire gouter des compotes de fruits principalement de la pomme et de la poire. Il a tout de suite adoré. Comme pour les légumes, je ne donnais que de petites quantités et je suis vite passée de un cube à 4 cubes. Il a beaucoup aimé jouer avec la cuillère et le yaourt (ou autre produit laitier à manger à la cuillère bien sûr) a vite remplacé le lait qui suivait habituellement.

Durant l’été, il a dégusté des bons petits fruits fondants découpés en petits morceaux qu’il mangeait à la main… Hum, un régal. Fallait lui dire stop parfois. N’apporter que la moitié du fruit sur la table était une bonne technique pour éviter les pleurs et manger vite l’autre moitié sans être vu :)…

Lorsque les dents ont commencées à pointer leur nacre, il a dégusté (dévorer est le terme plus exacte) des petits croutons de pain un peu racis. Il sait à présent super bien macher, croquer et arracher des morceaux même au plus récalcitrant des croutons. Et les dents sont vite sorties…

  • Cinquième pas : le diner, la soupe du soir?

Pendant quelques mois, nous avons conservé le biberon du matin et du soir… Mais il était temps de diversifier aussi le diner. J’ai donc voulu lui donner de la soupe. Les idées préconçues de mon enfance m’y avaient un peu poussée. J’ai donc tenté l’expérience.

Je dois préciser que mon bébé avait à ce moment là découvert (grace à son papa, merci encore :)) comment faire le bruit d’un moteur avec les lèvres… Je vous laisse le faire… Tout à fait, ce n’est pas du tout le mouvement qu’il faut faire pour boire de la soupe, au contraire.

Le soir était venu pour mon petit bébé de devenir un peu plus grand. J’approchais une belle cuillère bien pleine de soupe de sa bouche, quand il a voulu faire ce doux bruit (brbbbbbrbrbrbrb). Le papa arrivait en même temps derrière mon bébé et je me vois éclabousssssssée de soupe des cheveux au pantalon en passant pas le visage bien sûr… (Cette soupe que j’avais si longtemps passée à cuisiner…)

Là, mon bébé ne réagit pas beaucoup, mon chéri derrière s’accrochait au frigo pour ne pas mourir de rire, et moi j’essayais comme je pouvais de rester sérieuse et de lui dire que c’était pas bien du tout. Le lendemain, je ne m’avouais pas vaincue et j’ai retenté l’expérience. Une nouvelle fois, j’ai du changer de vêtements.

J’ai de cette expérience trouvé des astuces. Pour reprendre son sérieux, faire semblant de ramasser quelque chose par terre aide beaucoup. C’est également à ce moment là que j’ai décidé de changer de vêtements avant le repas (en mettre des sales de la veille), et de lui donner le bain après le diner🙂

Depuis je lui donne des moulinés le soir, c’est toujours des légumes d’abord! Et comme il boit beaucoup d’eau, il n’a pas de souci de déshydratation. Comme pour le repas du midi , j’ai introduit un produit laitier pour le dessert.

  • Sixième pas : enrichir le déjeuner de bonnes protéines

Pour des petits qui deviennent grands et intelligents, il faut des bonnes protéines bien solides. Il paraît que c’est après l’invention d’outils pour la chasse que les Hommes, qui ont augmenté leur consommation de viande et poisson, ont pu développer le langage…

Alors pour mon boutchou, je mets des protéines depuis ses 8 mois dans ses petits repas du midi. L’os ou l’arrête, pardon sans os et sans arrêtes moulinés, en petites quantités. J’ai commencé par une petite cuillère à café à trois environ maintenant qu’il a un an.

  • Septième pas : les féculents et légumineuses

J’ai remarqué que les légumes ne remplissaient pas le petit ventre de mon bébé comme avant. Il se dépense tellement la journée, qu’il réclame plus dans la soirée. Je rajoute aux légumes des féculents: riz, pâtes ou des légumineuses : lentilles par exemple.

  • Huitième pas : du fromage…

Pour changer un peu des produits laitier yaourt, fromage frais… nous lui avons fait gouter des petits fromages coupés en petits morceaux qu’il déguste avec ses mimines. C’est super mimi, et c’est bien les seuls moments où une assiette en plastique reste aussi longtemps sur la chaise haute. En général, elles deviennent vite des objets volants non identifiés…

  • Neuvième pas : un petit déjeuner plus complet

Au petit déjeuner, il prend toujours un biberon mais il le complète avec du pain, cracottes ou biscuit, brioche… Ca dépend de ce qu’on mange…

  • Dixième pas : et toi, papa tu manges quoi là?

Je lui fais goûter ce que nous mangeons parfois, lorsque l’occasion se présente et qu’il semble intéressé. Par contre, je me contente de lui faire découvrir une seule chose nouvelle à la fois. S’il a une réaction allergique, au moins j’aurais une idée plus précise de l’origine.